Présentation des domaines nationaux de Sainte-Hélène

Présentation des domaines nationaux de Sainte-Hélène

jeudi 15 octobre 2015

2010 - 2014 OPÉRATION "SAUVER LA MAISON DE L'EMPEREUR"


Résumé paru sur le site de la Fondation Napoléon

Aujourd'hui « propriété » du ministère des Affaires étrangères, les Domaines français de
Sainte-Hélène sont composés de trois entités : la maison de Longwood, le domaine de la
Tombe et le pavillon des Briars, augmenté d'un terrain le jouxtant grâce à un don de
M. Michel Dancoisne-Martineau, actuel consul honoraire et conservateur des Domaines.
Alors que les Briars ont été offerts à la France par les descendants des Balcombe en 1959,
Longwood et la Tombe ont été achetés en 1858 par la France (et non offerts par la reine
Victoria comme on peut le lire parfois).


Aquarelle de Longwood par Louis Marchand © RMN - Musée de Malmaison

Aquarelle de Longwood par Louis Marchand © RMN - Musée de Malmaison

La conservation des bâtiments a été confiée au ministère des Affaires étrangères qui y consacre
des moyens de fonctionnements importants et entretient sur place un de ses agents, M. Michel
Dancoisne-Martineau, consul honoraire et conservateur des Domaines français de Sainte-Hélène.

Mais les bâtiments sont situés sur le plateau de Longwood, un des endroits de l'île de
Sainte-Hélène les plus exposés aux intempéries. De plus, la maison où fut exilé l'Empereur se
développe du nord au sud selon un plan linéaire sans grande cohérence architecturale.

Elle se divise en trois parties principales attenantes entre-elles : vers le nord les appartements où
vécut l'Empereur, au centre les locaux de service organisés autour d'une petite cour, au sud les
logements dits des Généraux.
L'appartement impérial évoque dans sa présentation la vie quotidienne pendant la captivité. Une
partie des services et l'aile dite des Généraux abritent une précieuse collection de gravures,
meubles et objets contemporains de l'exil.

L'état de cette partie des bâtiments étant préoccupant (altération des structures, couvertures hors
d'usage et d'une forme inadaptée au climat, nécessité de réorganiser les surfaces pour répondre
aux besoins actuels d'accueil du public dans le respect des traces de l'histoire), le ministère des
Affaires étrangères a arrêté un projet de restauration et de reconstruction partielle de la partie du
bâtiment abritant les logements des Généraux. Un premier crédit de 700 000 euros fut débloqué
par le ministère.

Souhaitant que cette opération soit financée pour moitié par des fonds privés, le ministère des
Affaires étrangères confia à la Fondation Napoléon, reconnue d'utilité publique et donc susceptible
d'adresser aux donataires les reçus fiscaux permettant de bénéficier des dispositions légales sur le
mécénat et les dons, de mener cette recherche de fonds, tant auprès d'entreprises que de
particuliers.

La Fondation Napoléon et ses partenaires, le Souvenir napoléonien et la Fondation du Patrimoine,
lancèrent une souscription publique internationale. L'appel aux dons, clos le 31 décembre 2014, a
permis de réunir 1,4 million d'euros auprès d'environ 2 000 donateurs.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire