Présentation des domaines nationaux de Sainte-Hélène

Présentation des domaines nationaux de Sainte-Hélène

vendredi 26 février 2016

Les uchronies héléniennes

La littérature hélénienne est abondante. Mais à y regarder de près, les études fiables sont tout de même très rares car, pour de multiples raisons, les auteurs racontent presque toujours l’histoire de Napoléon à Sainte-Hélène sous forme d’uchronies. .

Vue de Sainte-Hélène depuis le RMS, le matin


La plus radicale de toutes ces fantaisies est celle selon laquelle Napoléon ne serait jamais venu à Sainte-Hélène car l’île n’existait plus. En effet, Napoléon doté de talents divinatoires, s’était préalablement assuré qu’il ne puisse pas y être exilé. L’empereur des Français l’avait tout simplement fait exploser.Voici donc la véritable histoire de l’île racontée en 1841 par Louis Geoffroy dans son histoire apocryphe de Napoléon :

« […] l'empereur, ayant envoyé une escadre à Sainte-Hélène, fit transporter à bord des vaisseaux tous les habitants et toutes leurs richesses. L'île, ainsi dépeuplée, fut minée dans tous les sens, remplie dans ses plus grandes profondeurs de volcans factices et puissants qui rassemblaient dans eux tout ce que la physique la plus nouvelle avait pu réunir de forces en gaz comprimés, en vapeurs terribles, en poudres destructives, et, quand tout eut été disposé, alors l'escadre s'éloigna en mer,  plus de cinquante lieues de cette île infernale. L'explosion de toutes ses mines éclata avec un retentissement épouvantable et tel qu'à cette distance les vaisseaux l'entendirent et en furent émus, et que la mer, soulevée par ces désordres immenses, prolongea jusqu'à eux un reste encore terrible d'agitation et de tempête.
Les vaisseaux retournèrent, aussitôt après l'explosion, sur les espaces où Sainte-Hélène avait existé; mais ce ne fut que pour assister aux derniers écroulements de quelques restes calcinés qui semblaient n'être demeurés jusque-là que pour constater leur agonie et leur mort à la face de leurs bourreaux. Enfin, ces fragments furent enlevés par la mer le 5 mai 1821. Tout fut consommé, et, l'Océan ayant labouré de ses vagues furieuses la place où l'île avait existé, il n'en resta plus aucun vestige, et les navires purent désormais traverser sans danger cet espace où, depuis la création, la terre avait jusqu’alors incessamment régné.
Quoi donc avait motivé cette condamnation à mort d'une île par un homme? Était-ce caprice, souvenir, horreur, crainte superstitieuse ? Qui le sait ?[1] »

Si on comprend bien cet historien, Sainte-Hélène aujourd’hui ne serait qu’une vue de l’esprit. 






[1] Louis Geoffroy, Napoléon apocryphe, histoire de la conquête du monde et de la monarchie universelle, 1812-1832, Paulin, Paris, 1841, p.356 et 357

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire