Présentation des domaines nationaux de Sainte-Hélène

Présentation des domaines nationaux de Sainte-Hélène

jeudi 16 février 2017

Récit du gardien de la Tombe (vide) de Napoléon...



Une fois n'est pas coutume, j’ai rédigé pour Flammarion un texte sans note de bas de page, sans référence. Un récit linéaire retraçant mon cheminement de ma Picardie natale jusqu'à Sainte-Hélène ainsi que mes premières trente années sur l’île.

Je viens de finir la relecture des épreuves de ce petit livre.

Couverture avec la bande d'accroche

L’objectif de ce récit était de clore une fois pour toute le sujet de ma présence sur l’île qui intrigue parfois le public (et avec eux les journalistes) et, ce faisant, détourne l’objet même de ma mission sur l’île (l’entretien, l’étude et la promotion des lieux de mémoire que sont les domaines nationaux). Je suis souvent désemparé et frustré lorsque les medias (français et surtout britanniques) qui viennent à Sainte-Hélène font du hors-sujet en s’attachant à ma personne. En prenant ainsi les devants, je compte bien rendre improbables ce genre d’hors-sujet. Les projecteurs doivent rester braquer uniquement sur Napoléon.   

Et puis, cette opération permettra aussi de poursuivre le travail promotionnel en France de notre travail sur l’île.


Ce récit est très personnel. En limitant les propos à mon enfance, mes premières impressions de Sainte-Hélène et ma vie sur place au quotidien, j’ai bien entendu respecté l'obligation de discrétion professionnelle pour tout ce qui concerne les faits et informations dont j’ai eu connaissance dans l'exercice et à l'occasion de mes fonctions.


Sortie prévue le 3 mai prochain.  /Michel-Dancoisne-Martineau-Je-suis-le-gardien-du-tombeau-vide 


_____________________________

En voici le texte du 4° de couverture :


Je suis le gardien du tombeau vide

Que se passe-t-il dans la tête d’un garçon de dix-huit ans qui, un jour, quitte tout pour partir à Sainte-Hélène ? Et surtout, qu’est-ce qui le pousse à y rester ? La passion pour le mythe napoléonien ? L’amour de l’aventure ? L’envie de fuite peut-être ? La curiosité des îles ? Une rencontre ? Tout cela et plus encore…
À cinquante ans aujourd'hui, ce gamin devenu homme inclassable, passionné, à la fois conservateur, jardinier et bâtisseur, a construit sa carrière sur ce minuscule bout de terre britannique perdu au milieu de l’Atlantique Sud, îlot mythique dont il est devenu le consul honoraire de France. Sur ce rocher isolé, battu par des vents mauvais et des pluies sans fin, mais qui sait aussi se montrer magnifique, luxuriant, il a beaucoup vu et vécu. De cette prison des antipodes, de ce qui est la dernière résidence de Napoléon, de cet espace où la France maintient une part de son prestige, il raconte tout. Les drames, le poids du passé, les personnages, les coutumes, le quotidien, la liberté, la vérité d’une population aussi sclérosée, parfois, que sans tabous.

Lui qui a choisi de ressusciter le dernier lieu de vie de Napoléon et de ses compagnons d’exil dévoile son histoire, mais aussi notre Histoire. « Le gardien du tombeau vide » révèle d’une plume magnifique, à la fois poétique, alerte et pleine d’humour, combien son destin, chacun doit le forger. La légende vient après…

mardi 7 février 2017

distraction...

Lorsque les tâches administratives, le travail au musée et la recherche deviennent trop lourds… rien de tel qu’une journée de travail dans la vallée de la Tombe pour recharger mes batteries.