Présentation des domaines nationaux de Sainte-Hélène

Présentation des domaines nationaux de Sainte-Hélène

samedi 11 août 2018

Exposition : l'exil de Napoléon à Sainte-Hélène vu depuis les coulisses


En reprenant l’excellent travail qu’avait effectué les Musées de Sens et d’Auxerre et le Foyer des jeunes travailleurs d’Auxerre en 2003, nous avons utilisé l’espace de la cuisine de Napoléon à Longwood House pour rendre hommage aux deux serviteurs de l’Empereur qu’étaient Marchand et Ali.




En vingt volets, et en guise de conclusion à l’intention de nos rares visiteurs francophones,  [Sorry the exhibition is solely in French] nous reprenons le récit de l’exil mais sous l’angle de celui des coulisses.  

Bonne visite !








vendredi 10 août 2018

l'hiver à Longwood

Pour quelques lecteurs de ce blog qui ont remarqué que je préférais montrer Longwood House sous une belle lumière, voici celle qui baigne notre quotidien depuis maintenant un bon mois.


lundi 30 juillet 2018

Hiver 2018 à Longwood...

L'hiver à Longwood... c'est beaucoup de mélancolie, des sauts de températures violents et une pause des floraisons... beaucoup de vert !

Le temps des grands nettoyages dans les jardins. 









Les éditions 2018 pour la promotion de nos domaines nationaux : Longwood House et les Briars

Comme annoncé le 4 mars dernier, voici enfin sur les présentoirs du magasin de la Maison de Longwood les trois derniers volumes produits à compte d'auteur... pour le seul bénéfice de la St. Helena Napoleonic Heritage Ltd... EN VENTE EXCLUSIVE A LA BOUTIQUE DE LONGWOOD HOUSE 



vendredi 27 juillet 2018

un souvenir philatélique de 1980




Lorsque le 19 mai dernier j’ai assisté à l’ouverture du Musée Napoléon à Brienne-le-Château, un participant qui a omis de me donner son nom m’a offert un souvenir philatélique qu’il avait dû réaliser lors de la dernière croisière officielle du Souvenir napoléonien (c’était en 1980 !!!).


Un grand merci à cet inconnu de Brienne.  

vendredi 6 juillet 2018

Lowe, Montchenu et...


Non pas que je souhaite justifier mon manque de présence sur la toile durant ces derniers mois, mais je dois vous confier que les recherches que j’ai entreprises il y a maintenant déjà une petite année sur Sir Hudson Lowe, le geôlier de Napoléon m’ont un peu distrait… Grrrr
  
Sur le site de la Fondation Napoléon, je m’explique. Voici copie et le lien de l’interview.



UNE CHRONIQUE DE MICHEL DANCOISNE-MARTINEAU : LE MARQUIS DE MONTCHENU, RÉCONFORT DU GEÔLIER DE SAINTE-HÉLÈNE

Auteur(s) : DANCOISNE-MARTINEAU Michel
Partager 
  •  
Après avoir vécu quatre mois en apnée, plongé dans tout ce que je pouvais trouver sur Sir Hudson Lowe, j’ai mis un point final à la rédaction de mon étude sur ce grand-brûlé de l’histoire controversé pour mettre en forme une exposition que nous présenterons à Plantation House le 25 décembre prochain avec le soutien de la Gouverneure, du Musée de Sainte-Hélène et de la Fondation Napoléon.

Sir Hudson Lowe – ses manies bureaucratiques agaçantes, son arrivisme, son anxiété, son indécision chronique, son absence totale de tact corroborent l’image du geôlier inapproprié que, comme tout un chacun, j’avais déjà en tête. Et cependant, son opiniâtreté, sa résistance au harcèlement collectif, son imperturbabilité et sa place incommode dans la société anglaise élitiste de l’époque en font aussi un personnage captivant, tout droit sorti d’un récit par Thackeray ou Stendhal. Il fut une de ces nombreuses personnes qui entrèrent dans l’histoire du début du XIXe siècle avec une éducation et des principes du siècle précédent, rendus totalement obsolètes par la rapidité des événements de la Révolution et l’Empire français. Il ne se rendit pas compte que « Dix ans avaient suffi [à Napoléon] pour mettre dix siècles derrière lui.(1) » Et pourtant, encore plus déconnecté de son siècle que Lowe, il se trouva à Sainte-Hélène un Français envoyé par le ministère des Affaires étrangères en qualité de Commissaire de Louis XVIII qui en fut l’alter ego ultra-conservateur mais version soporifique.
Napoléon qui se rappela l’avoir vu à Valence dît de lui : « Quel bavard ! Quel imbécile ! Quelle folie d’envoyer ici des commissaires sans charges et sans responsabilités. Je connais ce Montchenu. C’est un vieux con, un bavard, un général de carrosse qui n’a pas senti la poudre. Je ne le verrai pas. ». Et le comte de Balmain, à Sainte-Hélène pour les mêmes raisons mais pour le Tsar, de rajouter lorsqu’on lui rapporta ces propos : « ce qu’il y a de fâcheux, c’est que le portrait est ressemblant ; il a une haute idée de son poste, le seul qu’il ait occupé. »
Grâce au travail de transcription des archives du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères que Paskalita Francheteau effectue bénévolement, on réalise combien Lowe et Montchenu formaient le binôme idéal. L’ultra-tory Gouverneur hostile par principe à tout changement, trouvait dans le rétrograde Montchenu, qu’il nommait sans malice « la vieille grenouille », encore plus conservateur que lui.
Que Lowe fût l’objet d’une moindre critique dans la presse de son pays ou dans les discussions sur l’île et ailleurs, immanquablement Montchenu se trouvait à ses côtés pour le rassurer et lui dire qu’il partageait son avis. Montchenu fut le réconfort moral du geôlier qui, à Sainte-Hélène, se recula encore davantage de son siècle.
Michel Dancoisne-Martineau
Juin 2018

jeudi 28 juin 2018

Sainte-Hélène à l’honneur à Strasbourg


              Le 27 juin, avec mon ami, le Professeur Peter Hicks de la Fondation Napoléon, devant une salle comble et une audience qui semblait captivée, nous avons parlé bien entendu de Napoléon mais aussi et surtout de Sainte-Hélène aujourd’hui, des lieux de la mémoire napoléonienne sur l’île et plus particulièrement de nos domaines nationaux, leurs acquisitions en 1857 et 1958 et leur gestion actuelle.



Après une visite de l'hôtel de ville, une conférence de presse, une rencontre avec le public  et une séance de signature, nous avons commencé cette conférence/discussion/forum aux questions à 18:30… suivie d'un cocktail.

Un grand merci tout particulièrement à Maître Albert Rosenstiehl et Jean-François Kovar pour leur hospitalité.  

samedi 2 juin 2018

Illustration du Mémorial - Charlet


Coffret de plaques originales pour gravures sur bois (ou estampe xylographique) utilisées pour l’édition du mémorial Emmanuel de Las Cases illustré par Nicolas-Toussaint Charlet et édité en 1842 par Ernest Bourdin.


À l’occasion du bicentenaire de la mort de Napoléon, M. Jean Huet a eu la gentillesse de nous prêter ses plaques de bois de buis pour réaliser de manière traditionnelle (à cinq ou dix exemplaires selon la pertinence des sujets) de nouveaux tirages sur papier d’Arches de ces images de la légende taillées dans le fil du bois.  

Ces tirages en tirage extrêmement limités (5 à 10 exemplaires) seront proposés à la vente exclusivement à la boutique de Longwood House au bénéfice de la « St Helena Napoleonic Heritage Ltd ».



Sur cette photographie, nous avons posé le morceau de bois à côté du tirage exécuté. 


mardi 29 mai 2018

Les nouvelles sept merveilles de Sainte-Hélène...

L'office du tourisme de Sainte-Hélène vient de remettre au vote des habitants pour désigner les sept merveilles de l'île...
En voici le résultat...














à titre personnel, je suis vraiment très heureux que les Héléniens aient conservé dans leur liste la cascade en forme de cœur que j'avais acheté (personnellement) et que j'avais offert en 2007 au St.Helena National Trust (j'avais fait un emprunt au Crédit mutuel...!). Ce don précédait celui que j'avais fait à la France deux ans plus tard des terrains environnants du Pavillon.