Visitez le site de la "Charity" (Fondation de droit local) Saint Helena Napoleonic Heritage

Visitez le site de la "Charity" (Fondation de droit local) Saint Helena Napoleonic Heritage
Pour préserver et promouvoir la mémoire de Napoléon à Sainte-Hélène

vendredi 24 août 2018

Reconstruction des dépendances des Briars au temps des Balcombe


Le bâtiment



Témoignages de l’exil
Au sujet de ce bâtiment, le jeudi 19 octobre 1815, Las Cases note dans son journal : « Un officier anglais y avait été logé pour veiller à notre garde et deux sous-officiers allaient et venaient militairement dans l’allée pour mieux constater notre emprisonnement. »  
Et, le même jour, le général Gourgaud de préciser : « Il y a un capitaine d'artillerie, M Greatly, de planton aux Briars avec des sergents : Sa Majesté est gardée à vue, mais avec adresse et égards. »


Du bâtiment original, il ne restait en 2017 que des ruines avec le tracé intact au sol. Construit au flanc ouest de la colline qui surplombe le pavillon, seul le mur de soutient subsistait. Afin de le préserver, nous avons reconstruit en retrait d’un mètre l’exact même bâtiment en respectant les dimensions, les proportions et l’apparence des toitures. 
la maison en 1840

vers 1870




« Un officier anglais y avait été logé pour veiller à notre garde. »


vers 1900
 
vers 1910
vers 1950

début 2017


Au mois de juillet 2018

Avec le développement d’un magasin de souvenirs à Longwood, nous cherchions une solution pour stocker les articles en papier, tissus et autres matériaux très vite périssables à Longwood où l’humidité est dévastatrice. L’idée était d’utiliser des containers que nous aurions entreposés sur l’emplacement de la ruine des dépendances aux Briars où le climat est bien plus sec. En en discutant avec David Taylor, l’architecte du Gouvernement de Sainte Hélène, il nous apparut très vite comme étant beaucoup plus logique et plus esthétique de rétablir la construction d’origine[1].
Bien entendu, le coût n’en était pas le même. Comme le terrain est encore ma propriété (à la lisière du terrain que j’ai offert à la France en 2008), j’ai pris la décision de prendre en charge personellement la totalité de l’opération.
Au final, le projet nous permet de désormais disposer d’une surface de 160 m² (82 m²  de surface au sol + étage) de stockage pour la boutique de Longwood et les livres édités à compte d’auteur.  
Journal photographique des travaux:





[1] Par lettre du 31 janvier 2017, David Taylor, le Chef de la planification et du contrôle du développement urbain - Direction de l'environnement et des ressources naturelles, gouvernement de Sainte-Hélène, après avoir visité les lieux, soutint le projet et nous confirma que : « Le petit bâtiment de stockage que vous souhaitez rénover n'aura pas besoin d’établir une application de développement. Selon les règlements locaux et les Ordonnances sur la planification, les travaux de réparation d'un bâtiment existant qui n'est pas classé ne sont pas considérés comme des « développements » tant que l’aspect général et les détails de ce que vous voulez faire sont matériellement identiques. Vous avez mentionné l'insertion d'un cadre en acier afin de soulager la structure d'origine de la charge du toit. Encore une fois, cela ne nécessite pas de permission particulière de développement parce que le bâtiment n'est pas un bâtiment classé. »
       

  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire